📢 Livraison rapide, discrète et gratuite en France métropolitaine dès 60 € d'achat. Moins de 60€ : 4,90€ dans le point retrait de votre choix 😀
La masturbation, et si on en parlait ?

LA MASTURBATION, ET SI ON EN PARLAIT ? ZEN BY YOU

Le dictionnaire Robert propose comme définition de la masturbation la pratique qui consiste à provoquer (sur soi-même ou sur un, une partenaire) le plaisir sexuel par des contacts manuels. C’est une définition pratico pratique.

🔴 Pourquoi parler de masturbation est-ce encore tabou ?

Dans notre environnement occidental, la masturbation est appréhendée par encore beaucoup trop de gens comme quelque chose de honteux, de sale, de malsain voire d’interdit ! Et si le sujet est toléré, il est plutôt sous-entendu réservé à la gente masculine. Alors, comment parler de masturbation au féminin quand le sujet est si souvent assimilé à la culpabilité, à la frustration, à la colère, à la non-autorisation de jouir de son corps ?

Heureusement, la masturbation au féminin reçoit de plus en plus une couverture médiatique, de témoignages à travers des articles de blog, des émissions, des podcast, des live, des livres. Bien que la société libère peu à peu le sujet d’un point de vue théorique encore faut-il que sur le terrain de la pratique cela soit vrai aussi pour nous !

Alors, il est temps de nous déconditionner, de nous extirper de notre éducation bien-pensante et de participer à notre propre émancipation ici et maintenant et pour toutes les filles des générations à venir.

🔹 Oui, ce n’est peut-être pas facile, c’est un sujet tellement intime !

Au plus profond de nous, je crois que nous savons intuitivement que notre sexualité est importante et nécessite notre intérêt, notre respect, notre considération. Cependant, dans notre réalité, cela ne va pas toujours de soi.

En effet, c’est une partie de notre intimité que plus ou moins naturellement, nous passons sous silence. En intégrant et acceptant depuis des générations les consensus familiaux, sociétaux, nous considérons la sexualité, le plaisir, comme tout simplement tabou, non autorisé, « on n’en parle pas à table » ! Nous adhérons malgré nous au fait que si la majorité le dit, c’est que cela doit être vrai. Le résultat ? Nous nous dépossédons du sujet alors que nous sommes les premières concernées. Du coup, nous sommes trop nombreuses à ne pas nous autoriser à laisser pleinement “sexe”primer cette énergie sacrée.

Il est temps de prendre du temps, ou “son” temps pour réapprendre à s’aimer soi-même non seulement pour soi, mais aussi pour se révéler à l’autre. Se mettre en jeu, dépend de nous et cela représente un chemin, un voyage initiatique. Allez, on y va !

🔹 Être à l’origine de son plaisir, c’est naturel !

La question de la masturbation fait débat. Comme d’autres sujets, la masturbation, si nous n’en parlons pas alors qu’elle est naturelle, c’est donner plus de poids, d’importance aux non-dits. Alors, parlons-en !

Soyons bienveillante vis à vis de nos difficultés, nos complexes, nos freins, nos croyances, vis-à-vis de nous et vis-à-vis de l’autre. Commençons dès aujourd’hui par nous autoriser à nous accueillir comme des personnes dignes de plaisir. Un être qui peut être aimé, choyé, un être à découvrir, à inviter à s’exprimer, à se révéler. S’accueillir permet de mieux se (re)connaître, identifier ses envies, ses besoins, oser exprimer ses souhaits.

Prenons conscience que l’extase sexuelle, la jouissance, l’orgasme vient de nous, de l’intérieur. Les rechercher à l’extérieur, à travers l’autre, ce serait nous déresponsabiliser. Donner à l’autre ce pouvoir, notre pouvoir, c’est nous en déposséder, c’est ne pas pouvoir agir dessus, c’est nous rendre dépendantes de l’autre. Ce serait dommage, non ?

Être à l’origine de son plaisir, c’est une certaine manière de s’autoriser à ressentir de l’amour, des énergies, des vibrations, de l’excitation, la vie dans son corps. C’est accueillir cette énergie chaude et chaleureuse qui émane de nous et qui rayonne bien au-delà de la zone pelvienne.

🔹 Que faire lorsque l’on doute de sa capacité à prendre du plaisir ?

“Oui, je reconnais que je suis peut-être mal à l’aise avec l’idée de mon plaisir, avec l’idée de certains plaisirs”. Prendre conscience que des environnements divers et variés ont pesé sur cette situation et que j’ai laissé faire parce que je ne me rendais pas compte que mes expériences pouvaient être vécues différemment, est un excellent point de départ pour se reconnecter à son corps, pour reprendre le pouvoir dans sa vie de femme.

Recevoir ses doutes, c’est déjà prendre soin de soi. C’est être en mouvement, c’est avoir accès à des informations sur ce qui perturbe ou bloque notre énergie sexuelle sacrée. Si vous avez du mal à penser en terme d’énergie sexuelle sacrée, trouver ou créer un autre nom. Soyez créative, autorisez-vous à l’être.

👉 Un exercice découverte : comment aller à la rencontre de ses doutes ?

😜 Envisagez que vous n’êtes pas du tout la seule personne sur terre à douter en ce moment !
😜 Essayez de reprendre le fil rouge de votre histoire, rappelez-vous vos premiers émois. Où étiez-vous ? que ressentiez-vous ? Qu’est-ce que cela disait de vous à cette époque ? Quel est le lien avec ce que vous vivez aujourd’hui ?
😜 Abordez vos vécus sans jugement, avec bienveillance. Votre histoire vous appartient, elle est géniale car elle est une mine d’or pour vous (re)connecter à vous-même.
😜 Recevez avec douceur, avec beaucoup de tendresse ces peurs, ces gênes, ces aprioris, c’est comme cela que vous pourrez les transcender sans rajouter du stress, de la douleur.

Si à un moment donné, c’est trop compliqué, respectez-vous, arrêtez-vous si possible sur un moment positif, sans jugement ou culpabilité. Soyez reconnaissante, pleine de gratitude pour cette expérience enrichissante. Revenez-y un peu plus tard…

Commençons à partir de là où nous sommes, sachons que nous sommes déjà parfaites ! Si cette idée est au premier abord difficile, envisageons que c’est tout de même possible. Nous avons chacune un passé, une histoire, des expériences, des rythmes et des énergies qui nous sont propres. C’est important de les accueillir, les recevoir, les respecter afin d’apprendre à nous apprivoiser à travers nos vécus.

🔴 Jouir de notre corps pour une meilleure santé

Le bien-être n’apparaît pas comme par magie, en claquant des doigts. C’est un mythe de penser que tout se fait tout seul, spontanément. Votre bien-être se construit naturellement avec vous, pas sans vous. Comme un peintre, un architecte, considérons notre bien-être comme quelque chose à intégrer, à ressentir, à dessiner, à comprendre, à construire, à rénover…

🔹 Attention aux discours sur la sexualité normalisée !

Tellement de choses sont dites, écrites sur les bonnes manières de faire l’amour pour arriver à jouir, pour atteindre l’orgasme. Rappelez-vous le film Manhattan de Woody Allen, lorsque la femme dit : « Après toutes ces années, j’ai finalement eu un orgasme, et mon médecin m’a dit que ce n’était pas le bon. »

La sexualité, ce n’est pas “un coup”, un “one shot”, c’est une présence à soi en 4 étapes :

  • Réflexion : comment je vis mon rapport à ma sexualité aujourd’hui ? Qu’est-ce qui me convient ? Qu’est-ce qui me gêne ?
  • Inspiration : Qu’est-ce qui m’attire, m’appelle ? Quelles informations je glane lors de partages d’expérience, de pratique, lors d’écoute de podcast, au cours de lecture ?
  • Formation par l’expérience : quels sont mes terrains, mes ambiances de “je” dans le jeux ? Qu’est-ce que je souhaite développer, expérimenter seule et partager avec l’autre ?
  • Partage : comment les partages, les transmissions de vécus m’ont permis d’évoluer vers plus d’autonomie, d’indépendance dans le plaisir en solitaire ou non d’ailleurs ?

N’oublions pas la bonne sexualité, c’est celle qui nous épanouit en toute indépendance, c’est la nôtre avant tout.

🔹 Le plaisir ce n’est pas seulement le doigt sur le clitoris ou un pénis dans le vagin !

Le plaisir n’est pas quelque chose qui réduit, mais qui rayonne. La vie sexuelle ne naît pas au milieu des “il faut”, “je dois”, elle se révèle tout au long d’un cheminement. C’est la Vie en nous qui commence bien en amont et qui se poursuit bien au-delà de la période de procréation. Le plaisir mécanique, la recherche de la performance, n’envisager que l’orgasme, ne considérer que l’extase comme aboutissement, me semblent bien réducteur. L’orgasme, ce n’est pas un « one shot », ce n’est pas un « top arrivé » en un temps record.

Nous sommes en recherche d’expériences, d’expérimentation par nous-même et non pas uniquement à travers des lectures, etc. C’est notre savoir-être avec nous-même qui développe notre savoir-faire avec nous-même. Nous allons à la rencontre de nous-même, de notre vérité, de notre bien-être.

🔹 Les bienfaits de la masturbation pour mieux se connaître !

“Il est absurde de s’ignorer soi-même quand on veut connaître tout le reste”, Platon. Ayons confiance en nous, en notre capacité à nous connecter à nous-même, à notre source de plaisirs. Une zone érogène chez moi, ne l’est peut-être pas chez l’autre. Alors pour connaître mes zones, rien de mieux que l’exploration, une vraie exploration. Tout mon corps peut être érogène, alors je vais le découvrir avec un doigt, avec plusieurs doigts, avec une plume, avec un sex-toy, c’est moi qui décides comment je veux commencer, comment je veux poursuivre ou quand je veux m’arrêter. La masturbation est idéale pour faire connaissance avec mon corps, avec mon imaginaire.

La masturbation à mon rythme, c’est :

  • Une sexualité en pleine conscience
  • Une rencontre de moi plus proche de ma vérité
  • Une invitation à me détendre, à lâcher-prise
  • Un bien-être sexuel pour un mieux-être global
  • Une plus grande confiance en moi
  • Une liberté pour plus d’autonomie dans le plaisir
  • Une autorisation, une légitimité à l’expression de mon plaisir

La masturbation va bien au-delà de la notion de sexualité.

🔴 Se masturber permet d’être mieux avec l’autre

La sexualité vécue, assumée notamment avec l’expérience de la masturbation nous rapproche de qui nous sommes. Tout n’est peut-être pas simple, clair, dès le départ et c’est normal, car nous sommes en mode exploration. Considérons que la gêne, la timidité, l’audace, le trouble, l’excitation, l’hésitation, la frustration, la colère, le stress, l’envie, la non-envie sont autant d’informations importantes dans notre rapport à nous-même.

De la même manière que nous nous intéressons à nous-même, soyons curieuse de rencontrer l’autre. Parce que nous en savons davantage sur ce qui marche ou pas pour nous, nous serons mieux à même de guider, d’orienter notre partenaire sur ce qui nous plaît ou stimule. La masturbation n’est pas là pour remplacer un(e) partenaire, elle est source de découvertes, de plaisir, que nous soyons en solitaire ou accompagnée.

Considérons que nous ne savons pas tout, donc continuons à explorer, à observer, à demander, à expérimenter la sexualité comme une expérience sacrée. La masturbation, le plaisir pour soi ou avec l’autre est source de révélation et un possible épanouissement !

 

🎯 Prendre conscience que l’on a droit au plaisir, c’est comme se faire le don de la vie, c’est énergisant et c’est gratifiant, non ?
🎯 Chacune d’entre-nous fait partie du groupe des femmes mais cela ne veut pas dire que nous sommes toute pareilles, identiques en tout point. Pareilles mais différentes.
🎯 Avoir des similitudes oui, jouir de notre singularité, oh OUI !

La masturbation est bien plus qu’un plaisir égoïste, alors parlons-en !

 

🙏 Zen By You vous souhaite une belle journée de rencontre avec votre monde intérieur.

😊 Si vous pensez que ce message peut apporter quelque chose à l’un(e) de vos ami(e)s, ou l’un de vos proches ? Offrez-lui la possibilité de lire cet article.

Pour relire des articles liés à la thématique du corps :

https://zenbyyou.com/suis-je-source-de-plaisir/
https://zenbyyou.com/comment-vivre-relations-intimes-plus-authentiques/
https://zenbyyou.com/au-secours-jai-besoin-intimite/
https://zenbyyou.com/comment-chouchouter-mon-corps-entendre-ce-quil-a-a-dire/
Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.